E-cigarette Meilleur atomiseur reconstructible pour la saveur

Cigarette électronique : foire aux questions

La cigarette électronique consiste à produire une vapeur aromatisée. Malgré son appellation, elle n’a que très peu de ressemblance avec la cigarette classique. Ce sont d’ailleurs ses nombreuses différences avec cette dernière qui font qu’elle soit moins dangereuse. Ces dernières années toutefois, des études tendent à prouver le contraire générant une certaine incertitude chez les vapoteurs. Qu’en est-il réellement ? Voici quelques éléments de réponses.

E-cigarette Meilleur atomiseur reconstructible pour la saveur

Comment fonctionne une e-cigarette ?

Une e-cigarette est pourvue d’une batterie qui libère un courant électrique réchauffant la résistance. La chaleur générée induit ensuite une évaporation de l’e-liquide contenu dans la mèche en coton. La vapeur produite est acheminée vers l’embout buccal au niveau duquel le vapoteur va l’aspirer comme un fumeur le ferait avec la fumée de la cigarette.

Choisir le meilleur atomiseur reconstructible pour la saveur vous permet d’apprécier pleinement chaque bouffée de vapeur aspirée. Et il n’y a pas que l’atomiseur qui doive être de qualité. Il faut aussi s’assurer de choisir un dispositif conçu selon les normes en vigueur et un e-liquide dont on connaît exactement les composants.

L’e-cigarette est-elle réellement plus saine que le tabagisme ?

La réponse est oui. D’une vue globale, les deux reposent sur le même principe, mais si on se penche de plus près sur eux, on notera beaucoup de différences notables. Il faut, par exemple souligner que :

  • La cigarette électronique ne contient aucune trace de tabac, sauf si on se réfère à la dose limitée en nicotine que l’on retrouve dans certains e-liquides. Cela signifie que même si on parle de « cigarette », ce n’en est pas une. Il s’agit seulement d’un appareil électronique qui emprunte le concept de la clope traditionnelle.
  • La cigarette électronique ne nécessite pas de combustion : il suffit d’appuyer sur le bouton ON pour que la batterie libère de l’électricité et lance ainsi le processus pour produire de la vapeur. Ce point est très important, car dans le tabagisme, c’est la combustion du tabac qui produit les substances toxiques comme le goudron, le monoxyde de carbone, les particules fines … Comme la vape n’a pas besoin de combustion et ne contient pas de tabac, ces risques sont inexistants. Le vapoteur peut alors utiliser son ecig sans craindre de souffrir de cancers ou d’autres maladies graves.
  • Lorsque l’e-liquide ne contient pas de nicotine, le vapoteur ne risque pas de devenir dépendant puisque c’est cette substance qui est responsable de la dépendance chez les fumeurs.
  • Lorsque l’e-liquide contient de la nicotine, le risque de dépendance demeure, mais reste faible. Pour cause : le taux de nicotine admis dans les e-liquides est strictement limité à 20 mg/ml tout au plus. Et encore, ce sont les grands dépendants qui peuvent opter pour le taux maximal tandis que les moins dépendants peuvent revoir cette quantité à la baisse (3, 6, 12, 16 mg/ml). Il est même possible d’avoir un taux inférieur à 3 mg/ml grâce aux e-liquides DIY. Et à part cette limitation, sachez que du fait de l’absence de combustion, l’absorption de la nicotine par notre organisme se fait lentement. La dépendance mettra alors du temps pour s’installer.

Tout ceci démontre que la cigarette électronique est réellement plus saine que le tabagisme. C’est d’ailleurs pour cela que les autorités sanitaires l’utilisent dans le cadre du protocole de sevrage tabagique. Grâce à cet appareil, le taux de réussite des sevrages a beaucoup augmenté ces dernières années.

Pourquoi certaines études indiquent alors que la vape est néfaste ?

Depuis son lancement sur le marché jusqu’à nos jours, les études concernant la cigarette électronique se poursuivent. Si certaines d’entre elles n’ont fait que confirmer ce que l’on sait déjà, à savoir que le vapotage est plus sain que le tabagisme, d’autres ont insinué le doute dans les esprits.

En effet, certains chercheurs appellent à la prudence quant à l’utilisation abusive et incorrecte de la cigarette électronique. On insiste bien sur les termes « abusive et incorrecte », puisque les études menées ont, pour la plupart, tiré des conclusions suite à un abus de vapotage.

C’est ainsi qu’on a pu déduire qu’un abus de liquide nicotiné engendrait des effets secondaires comme des maux de tête, des nausées et vomissements, des vertiges et étourdissements … Pour éviter cela, il faut conserver le taux adapté à son niveau de dépendance afin d’éviter tout surdosage.

On a aussi déduit que l’utilisation abusive de la vape pouvait endommager les cellules cardiaques, mais là encore, les chiffres restent très faibles.