Attaque au couteau près des anciens locaux de Charlie Hebdo: ce que nous savons

Au moins deux personnes ont été blessées dans une attaque au couteau près des anciens bureaux du journal satirique Charlie Hebdo.

Le Premier ministre français Jean Castex a confirmé vendredi l’incident, que la police traite comme une attaque «terroriste». Le parquet national antiterroriste (PNAT) de la France a repris l’enquête.

On ne savait pas ce qui avait motivé l’attaque ou si elle était liée à Charlie Hebdo, dont le personnel avait été tué lors d’un assaut de 2015 qui a fait la une des journaux mondiaux.

Paul Moreira, journaliste à Première Lignes, une société de production qui se trouve dans le même bâtiment que les anciens bureaux de Charlie Hebdo, a déclaré qu’il ne pense pas que le suspect «est venu ici par hasard».

«Tout s’est passé dans la rue. Un type avec une sorte de couteau de boucher s’est jeté sur une jeune femme qui se trouvait devant l’entrée du bâtiment, puis sur un garçon qui était également devant le bâtiment en train de fumer une cigarette », a déclaré Moreira à France Info.


Un témoin a déclaré à la radio Europe 1: «J’étais dans mon bureau. J’ai entendu des cris sur la route. J’ai regardé par la fenêtre et j’ai vu une femme qui était allongée sur le sol et qui avait pris un coup au visage de ce qui était peut-être une machette … J’ai vu un deuxième voisin sur le sol et je suis allé aider.

Un responsable de la police parisienne a déclaré que si les autorités pensaient initialement que deux attaquants étaient impliqués, elles pensent maintenant qu’il ne s’agissait plus que d’une seule personne.

La police parisienne a déclaré qu’une personne avait été arrêtée près de l’opéra de la Bastille, mais a averti que son profil ne correspondait pas à la description d’un témoin. Un deuxième suspect a été arrêté près de la station de métro Richard Lenoir, près du lieu de l’attaque.

« Le ministre de l’Intérieur et le Premier ministre ont tous deux annulé les engagements auxquels ils avaient peut-être participé ce matin et ont été précipités à une réunion de crise pour discuter de la situation », a déclaré Natacha Butler, d’Al Jazeera, à Paris. «Nous avons entendu un témoin oculaire qui a parlé d’entendre des cris venant des rues… et a vu une femme avec une blessure à la tête.»

La police a initialement annoncé que quatre personnes avaient été blessées, mais a confirmé plus tard qu’il y avait eu deux victimes.